iconoclaste...

sérieux oui et non

Nietzsche espère
que les militaires
sont un peu moins uniformes
dedans que dehors !

musique...

16 février 2020 Jusque dans quelle mesure la bipédie a-t-elle induit la rythmique de nos musiques, et nos états de transes ?

15 février 2020 Dhaffer Youssef : quelle voix ! A cet endroit précis, "Birds Requiem, Sweet Blashphemy" - 04:40), une note longue, tenue, aigüe, une fraction de seconde avant que le chanteur n'infléchisse sa voix vers le bas, j'ai le sentiment qu'on entend l'instant où il le décide. Comme s'il était possible d'entendre l'intention ; tout passe tellement dans la voix !

10 décembre 2019 Je n'en reviens toujours pas : comment Monk libère-t-il tant le blues ? Il caracole sur cette monture ! Comme il joue ! Que s'est-il passé dans cet esprit qui causait si peu, qui a supprimé l'inutile et cherché les bonnes impulsions ?

7 décembre 2019 J'ai réentendu "Le Grand Bleu", Eric Serra. Les sons d'époque ont mal vieilli, comme prévu : on disait alors que c'était une musique d'aquarium. Mais elle avait plu et à moi aussi. Je la comparais à cette époque avec une autre musique de film, vraiment aquatique, mais peut-être des eaux plus troubles ? Et pourtant, c'était "Birdy", de Peter Gabriel. Un chef d’œuvre qui n'a pas vieilli, et que j'écoute toujours.

26 novembre 2019 Il a dit : "Ah ! une nouvelle partition ; tu nous verras jouer avec plaisir !"

4 novembre 2019 Et, comme un enfant, écouter, faire des phrases simples, bâtir un discours.

24 octobre 2019 La musique, c'est souvent "oui mais..." et parfois "mais oui !"

22 octobre 2019 Un enfant n'attend pas de savoir parler pour s'exprimer. Pareil en musique !

19 octobre 2019 Si l'original peut être génial, pourquoi sa copie ne le peut-elle pas, si exacte et minutieuse quelle puisse être ? Parce qu'elle est une réplique.

18 octobre 2019 La trompette "ouverte" pour jouer doucement, avec la sourdine pour jouer fort... étrange, non ?

15 octobre 2019 En voiture, en avion, on va rapidement quelque part, merci la technologie qui démultiplie. A vélo, technologie tout de même, on va moins vite, mais quelle efficacité par rapport à la marche ! Enfin, à pied, on est dans l'essence du mouvement, peu importe sa lenteur.
Le souffle est cela pour l'instrument à vent, son essentiel. Sourdines, microphone et technologies ajoutent, augmentent et démultiplient, mais on ne peut pas multiplier à partir de zéro.
musique...

Julie, une ânesse...

marc [arobase] malexism [point] org -> mailto:marc [arobase] malexism [point] org · Marc-Alexis Morelle · 1996-2019 · infos auteur

page modifiée le 15 fvrier 2020 à 23h10       Creative Commons by-nc-sa