NeotenesCouvT1 NeotenesCouvT2

Les Néotènes roman d'anticipation...

l'iconoclaste...

Ton bulletin de vote a la même valeur théorique que celui de Bernard Arnault ? Le pouvoir se joue donc en pratique ailleurs que dans les urnes !

musique...

21 mai 2021 Je n'étais ni dans un aéroport ni dans un film, même pas un documentaire, et aucun ascenseur ne s'ouvrait dans la salle d'attente du bâtiment sans étage. Un saxo égrenait pourtant des notes futiles et propres. Le musicien – un professionnel certainement – savait y faire sans s'impliquer et sans tirer les auditeurs par l'oreille. J'ai admiré, sincèrement ! J'ai bien écouté, aucun pathos, une esthétique détachée, débitable au kilomètre. Du grand art de la tapisserie, discrétion, habillage et camouflage.
J'ai réalisé ensuite qu'un Chet Baker devait bien maîtriser son art pour tellement "sucrer" sans franchir le seuil de ces musiques de salle d'attente. Et à bien y réfléchir, je ne suis pas certain qu'il ne l'a jamais franchi. Surtout au chant.
Le soir, j'ai essayé de jouer de cette manière et n'ai pas su. Ce n'est pas de la vantardise, car si je savais jouer sans être concerné, façon tour de chauffe, je serais enfin à l'aise. Parce que, est-ce si important, la (ma) musique ?

4 mai 2021 Leçon de savoir être : aux Antilles, une danseuse inspire ses improvisations au percussionniste soliste.

20 avril 2021 C'est en musique que la spéciation culturelle est la plus évidente.

3 avril 2021 Les playlists du voisinage offrent d'excellents métronomes, mais des gammes un peu coercitives.

30 mars 2021 la musique des autres est toujours nouvelle, renouvelée, étrangère. La mienne devient vite ennuyeuse, une ornière. Je dois mieux jouer avec mon cœur.

26 mars 2021 00:55, un tremblement de terre ! Musique silencieuse mais tellurique...

25 mars 2021 Mais où ne pas se perdre dans le fil de l'improvisation ? Alors que le désir est justement cet art de se perdre sans sagesse. Ni le Petit Poucet, ni Ariane n'étaient musiciens.

23 mars 2021 Les années 80 ont tout de même été très... permissives. La musique abandonnait jazz et jazz-rock, rock progressif, etc., pour la déferlante disco. Seul le funk s'en est bien tiré. Encore une fois, les noirs ont sauvé la musique ! Les synthés et les boîtes à rythmes commençaient à grignoter le paysage des musiciens.
Coïncidence ? C'était les premiers surgelés, l'industrie des plats préparés, du surimi, le plastique n'avait plus honte et devenait une matière noble. (écrit en écoutant un géant, Al Jarreau, qui a eu aussi sa période creuse avec l'oubliable "This Time", 1980).

11 mars 2021 En écriture, relecture, reprise et modifications, et encore relecture et corrections. En musique, ça me semble déplacé. En musique, il faut tout reprendre à zéro, et refaire autrement.

24 février 2021 À propos de musique ? Rien à dire aujourd'hui. Rien du tout !

18 février 2021 dans 5 heures... des sons sur Mars ?!

18 février 2021 Il n'existe pas de musique des sphères, céleste. Seulement des dynamiques physiques immenses et silencieuses, et quelques équilibres temporaires et muets.
Nos musiques y chantent, en harmonie ou non. Mais rien d'obligatoire.

11 février 2021 La moindre hésitation ne pardonne pas en trompette. C'est vrai sans doute pour tout instrument, voix, cordes, vents, mais quand même, je crois bien que les touches d'un piano sont plus tolérantes.

7 février 2021 Toute histoire doit-elle avoir un commencement, un déroulé, puis une chute ? Tu ne te souviens pas de ta naissance et tu ignores ta fin. Tu vis pourtant l'histoire de ta vie sans partition, en parfait oublieux, tu improvises !

suite...

Julie, une ânesse...

marc [arobase] malexism [point] org -> mailto:marc [arobase] malexism [point] org · Marc-Alexis Morelle · 1996-2021 · auteur

page modifiée le 20 juin 2021 à 14h40       Creative Commons by-nc-sa