iconoclaste...

la sensation de ne pas comprendre
m'a accompagné toute ma vie

et je pensais
enfant
être idiot

Mais comment
ne pas se sentir ainsi
devant tant de questions ?

musique...

17 juillet 2020 Des sachants lisent une partition et disent combien c'est beau. Les mêmes quelques fois s'agacent parce que la musique est bruyante.

2 juin 2020 Concentrer l'énergie, préciser le souffle, affirmer la volonté, ne plus avoir peur de sonner, et monter, monter, grimper dans l'aigu !

14 mai 2020 Avant de parler de musique, de ce que l'on peut faire en musique, jouons !

5 mai 2020 Et je les vois compter et tirer la langue. Tant mieux s'ils s'amusent mais jouent-ils ? Vraiment ?

26 avril 2020 le musicien inouï : il avait commencé en proposant des notes nombreuses et éparses, jetées en mêlée. Il les avait ensuite rassemblées et organisées, mais aussitôt, il en avait ajouté d'autres, plein de notes, trop de notes. Comme s'il lui fallait un magma, une matière formidable, une montagne beaucoup plus grande. Et tout cela, ce brouhaha indifférencié, il l'avait trié, jeté, ordonné, libéré, lié et relié, différencié pour nos oreilles. On le voyait - on l'entendait ! - creuser dans la matière, tailler dans la roche, regrouper des monceaux et des tas qui prenaient forme : Il informait le chaos sonore ! L'intelligible arrivait alors à nos oreilles, et c'est cela le propos du musicien. Créer son œuvre avec les énergies et les matières inorganisées qu'il saisit, avec les volontés et les accidents. Et son propos devenait compréhensible, passionnant, clair, et les notes continuaient de danser les unes les autres, ensemble, de se marier les unes les autres, ensemble, de se pousser et de se tirer et de s'accompagner, puis de se fondre et de se résumer, toutes ensembles, à quelques unes, puis à une seule qui les contenait toutes, répétée, inlassablement répétée, avant de laisser le silence revenir tout effacer.

7 avril 2020 Ne pas avoir peur du beau, du joli, mignon. Non plus que du moche.

28 mars 2020 Celle-là est de toute beauté : "la musique pourrait exister quand bien même le monde n’existerait pas". Schopenhauer.

25 mars 2020 C'est génial que la musique fasse danser mais c'est aussi son pire piège qui lui interdit parfois de sortir du corps.

17 mars 2020 Platon condamnait certaines musiques parce qu'il les jugeait indignes de l'homme, par exemple celle de Mick Jagger et Keith Richards... Vous suspectez cet exemple d'anachronisme ? Mais soyez certains que Platon l'aurait fait s'il avait pu !
...

Julie, une ânesse...

marc [arobase] malexism [point] org -> mailto:marc [arobase] malexism [point] org · Marc-Alexis Morelle · 1996-2019 · infos auteur

page modifiée le 30 juillet 2020 à 15h49       Creative Commons by-nc-sa