.jpg Δ


pré-poésie, pseudo-carnets, photographies.

24 avril 2019 à 12h42

horreurs réelles

si les clichés
deviennent horreurs réelles
ils sont donc des mythes

rétro futuriste

la SF d'anticipation
des années 50 à 70
est vite devenue
rétro futuriste

théorie des rives

théorie des rives
théorie des franges

surface de l'eau protéines et lipides
rives d'eau et de terre acides aminés
point d'eau animaux
rives de rivières
migrations humaines

deux belles femmes

toujours deux belles femmes
toujours se ressembleront

à trop écrire les canons de la beauté
plus deux femmes sont belles
plus elles sont jumelles

la compréhension

Comme pour le "propre de l'homme" qu'on cherche encore et qu'on finit toujours par accorder aux animaux, il va falloir admettre que la compréhension est accessible aux autres, des IA aux moucherons.

On comprend d'une manière, qui est juste, tandis qu'un autre comprend d'une autre manière, juste aussi. Il n'y a pas plus une seule compréhension du monde qu'il y a une seule vérité.

Toutes celles qui fonctionnent sont appropriés.

ils sont partout

ils sont là
partout
jusque dans le plancher !

Le succès de Sapiens

ce qui aurait assuré le succès de Sapiens :

coopératif à l'intérieur
agressif à l'extérieur

et la frontière dedans / dehors est modulable à souhait

nu

une note tenue devient belle par cette durée, comme un trait de fusain peut allonger interminablement le dessin d'une hanche ; ici, le réalisme n'importe pas plus que le raisonnable.

Un chien hurle

Un chien hurle et pleure enfermé des jours entiers dans l'obscurité d'un garage.

Or, personne n'élève un chien dans le but de le faire souffrir ; on aime tous les chiens et c'est assez facile de comprendre ce qui peut faire le bonheur d'un chien.

On aime donc mal.

foliesophes

philosophe produit ?

foliesophes !

pauvres riches

pauvres riches
espèce en voie de disparition

boules-vanille

"je ne mange que des boules-vanille" dit-elle

comprendre le réel

On dit que les machines ne comprennent pas vraiment le réel, que les informations qu'elles "manipulent" sont abstraites. Mais l'homme le comprend-il différemment ? L'enfant plongé brusquement dans le réel est perdu ; il doit admettre mille postulats pendant des années, vingt et plus, sans jamais pouvoir tout comprendre.
C'est de plus grâce à un outil d'abstraction qu'il comprend. Le langage. Donc l'homme qui comprend n'aura jamais compris que des articulations de concepts humains. Ce n'est toujours pas le réel. Il voit les belles symétries, ces logiques qui satisfont son cerveau, et son cerveau procède par comparaison, imitation, juxtaposition, et toujours à travers sa focale humaine. Il ne connait donc pas plus le réel que la machine.
Les IA ne comprennent pas vraiment ? L'homme non plus. L'homme explique le réel comme il le perçoit ; si les machines perçoivent autrement elles diront autrement un même réel.

Pseudo-carnets de haïkus alphabétiques & de photographies, pré-poésie, textes courts inspirés par des faits, lieux ou objets que je photographie à l'occasion. Des photos inspirent parfois les textes. Ou encore, les deux n'ont rien à voir mais se trouvent rapprochés dans ces pages.
Georges Hildebrande Cavalestros a dit de l'iconoclaste qu'il était "souvent peu sérieux, parfois trop sérieux, mais jamais barbare au point de nuire à l'image ou à l'imaginaire"

<< 26 25 24 23 22 21 20 19 18 17 16 15 14 13 12 11 10 9 8 7 6 5 4 3 2 ...

page modifiée le 24 avril 2019 à 12h42       Creative Commons by-nc-sa