MarcBook (hebdomadaire) MarcBook
Bulletin hebdomadaire d'informations et de ressources PC, "parfois gentil, parfois méchant, toujours critique".
MarcBook - accueilaccueil MarcBook - Explications? Autres sitesauteur
RechercheGoogle

Web malexism.org
FTP search - outil de recherche de fichiersFTPSearch

téléchargement invalide ou trop lent ? Collez ici le nom du fichier pour chercher des liens en Europe et au Canada. © 1994-1997 Tor Egge.

 Cliquez un numéro précédent (tri par dates)Archives
2001 2000 : 28.12 14.12 07.12 30.11 24.11 16.11 09.11 02.11 26.10 19.10 12.10 05.10 28.09 20.09 01.09 15.08
1998 1997 1996

n°170 - 05.10.2000

- Édito

Peer-to-peer ou P2P ; il faudra s'habituer à ce nouvel acronyme. Popularisé par la saga MP3-Napster et par les initiatives du type de Seti@home, le réseau du pauvre, sans serveur central, fait des émules jusque chez les grands de la haute-technologie (cf. Marcbook 168). Un bon point pour la décentralisation et, peut-être, pour la liberté, du moins l'indépendance vis à vis des solutions lourdes ? A quand un concurrent d'Exchange en peer-to-peer ?

On lit parfois des mots qui font plaisir. O'Reilly & Associates a dit dans une conférence que l'industrie de la musique faisait auprès des médias un seul paquet du peer-to-peer et de services tels que Napster, le tout étant compris comme un jouet de pirates mettant en danger les droits d'auteur. C'est une grossièreté, selon Tim O'Reilly, parce que le P2P et les technologies décentralisées sont fondamentaux pour l'architecture d'Internet et au coeur de beaucoup d'innovations. Le peer-to-peer dépasse de loin le simple partage de fichiers en réseau. Et de citer une vingtaine de projets dont Seti@Home, Popular, Eazel, SOAP, Jabber, et même Sun, Intel et Red Hat. Microsoft.NET est aussi dans la liste.

+ d'infoshttp://press.oreilly.com/p2p.html

------------------

- Corel

Sur la corde raide depuis bien longtemps, l'éditeur canadien s'est vu offrir des sous récemment mais l'investisseur a préféré rester anonyme. Quelques jours après, c'est Microsoft qui tend la main à Corel, avec 135 millions de $ en actions. En échange, Corel laisse tomber ses attaques en justice contre Microsoft et bossera sur .NET. Le Canadien promet que son alliance avec le concurrent de WordPerfect et adversaire de Linux ne changera rien à ses initiatives dans le monde du système d'exploitation libre, mais que son Linux intègrera tout de même la stratégie .NET.

------------------

- Images animées sur le Web

Quel format pour les animations en ligne ?
Le vieux et très limité GIF s'est animé le jour où Netscape s'est souvenu, au gré d'une version ancienne de son navigateur, que ce format permettait d'ajouter des titrages animés. Le bricolage, étendu, a permis de jouer avec des successions d'images ou de morceaux d'images, mais il reste un bricolage. Gif sait gérer une palette de 256 couleurs seulement par image, avec l'avantage sur le Jpeg qu'une de ces couleurs peut être transparente, outre l'animation. Mais depuis le problème de licence qu'Unisys fait peser sur lui, l'intérêt du GIF est très diminué.

Flash, standard de fait, est un format d'origine propriétaire. Aujourd'hui, rares sont ceux qui n'ont pas le plug-in installé, livré avec Netscape ou Internet Explorer, ou téléchargé à la volée. Voyant arriver la concurrence du SVG prôné par l'organisme de normalisation W3C, Macromedia à publié les spécifications de son format. Flash, issu de Director, l'outil de création et d'intégration de données multimédia pour CD-Rom, a été allégé pour permettre une diffusion sur le Web. C'est un environnement très puissant, intégrant un langage de développement, et capable de créer bien plus que de l'animation simple ou en boucle, il sait être interactif, synchroniser de l'image et du son, se connecter aux bases de données, etc.

Le SVG (Scalable Vector Graphics), standard vectoriel reconnu et conseillé par le W3C, est encore très jeune même s'il est prometteur ; ne serait-ce que parce qu'il n'est pas pénalisé par des droits d'usage. Pendant les phases d'élaboration de ce format, les concurrents de Macromedia tels que Corel ou Adobe, et JASC aussi avec Trajectory Pro, se rabattaient déjà sur lui pour exporter depuis leurs outils de DAO. SVG est dérivé du XML et un objet SVG se présente sous forme de texte, comme un source HTML ; on imagine tout les possibilités de manipulation que cela offre depuis un serveur Web. SVG nécessite bien sûr un plug-in pour être exécuté.

Enfin, n'oublions pas Java, bien sûr, parce qu'indépendant des plates-formes et parce qu'il ne nécessite pas de plug-in ; les machines virtuelles java accompagnent tous les browsers Web. Mais Java est un langage et ses prétentions dépassent de loin l'animation sur le Web. Il existe des outils de création graphique, parfois très simple d'usage mais limités forcément (preset), qui mettent en ťuvre Java (ou Javascript) pour de l'animation et de l'interaction. IBM a offert tout récemment son environnement de création multimédia Java : HotMedia.

Quantités d'autres formats avaient été proposés par les éditeurs sur la place. Corel avait par exemple tenté de promouvoir le sien, vite oublié. Aucun n'a rencontré le succès écrasant de Flash qui profitait de la pérennité de son ancêtre Director.

Curieusement, des tentatives apparaissent encore maintenant. Ces jours-ci, on a parlé de .cba (pour Core Bitmap Animation), lancé par Core Logic Software Inc. et libre de droits d'usage. Il s'agit, comme pour le gif, d'un format bitmap, ce qui n'est pas la meilleur idée pour animer des objets (gestion de sprites). Un format vectoriel se prête mieux au mouvement, à l'interaction et autres synchronisations, même si le Cba étend les couleurs au-delà des palettes de 256 tons pour se distinguer du Gif. La compression est améliorée par rapport au Gif de 26%. Mais seul un plug-in pour Explorer est proposé, la version pour Netscape est encore en développement.

Bref, on voit mal comment des formats autres que Flash ou SVG pourraient s'imposer, sauf à occuper des niches, la simplicité de réalisation par exemple. L'avenir du multimédia sur le Web sera, à mon avis, Flash ou SVG, avec, toujours, Java lorsque les capacités de ce langage seront nécessaires à des applications plus ambitieuses que du graphisme animé ou des interfaces interactives.

+ d'infoshttp://www.macromedia.com/fr/software/flash
+ d'infoshttp://www.w3.org/Graphics/SVG/
+ d'infoshttp://www-4.ibm.com/software/net.media/ - HotMedia
+ d'infoshttp://www.jasc.com/trj.asp? - Trajectory Pro
+ d'infoshttp://www.coreba.com/ - .cba

------------------

- Wavelet

Wavelet ou Ondelette, comme vous voudrez. Ce format de compression fractale existe depuis quelques années mais, breveté solidement, il a laissé le champ libre au Jpeg. C'est pourtant une technique de compression d'une qualité exceptionnelle qui permet des zooms profonds sur des images d'un poids relativement faible. Les calculs nécessaires sont par contre bien costauds.
LuraTech se fait un coup de pub en offrant sa technologie de compression à... IrfanView ! Le "petit" viewer d'image en profite pour passer en version 3.25 ; on avait parlé de la v3.21 cet été ; pas le temps de se retourner.
Via un plug-in, Irfan sait donc dorénavant afficher, modifier et sauvegarder les fichiers Wavelets (.ldf et .lwf). Comme le Jpeg, ce format permet l'affichage progressif lors du chargement de l'image.

+ d'infoshttp://softwarecenter.net/irfanview/english.htm

------------------

- La parole aux Pocket PC

Le titre est racoleur, déjà mensonger ; attendons de voir comment la presse accueillera cette info qui vient d'outre-atlantique.
La société Conversa ne propose pas d'apporter des capacités de dictée et de reconnaissance de la parole aux micros de poche sous Windows CE, pourtant, les Pocket PC sous cet OS sauront, grâce à Conversa, écouter et parler. Où est l'os ?
Le truc consiste à utiliser les ressources d'un serveur Web, le micro de poche n'étant qu'un terminal connecté. Puisque Windows CE sait se promener sur le Web, Conversa a développé un "Conversation Development Kit" (CDK), qui permet de concevoir des sites Web bavards, mais on ne comprend pas en quoi les "Conversa Webs" s'adressent spécifiquement aux machines tournant sous WinCE.

+ d'infoshttp://www.conversa.com/home.asp

------------------

- Creative Labs Jukebox

pour 5000 balles, Creative Labs a sorti un lecteur portable MP3 embarquant un disque dur de 6Go et un port USB à sens unique. Un DSP (processeur de traitement du signal) permet d'enregistrer directement, mais en .wav, pas en MP3. En fait, c'est un peu une carte SoundBlaster remodelée qui se trouve dans le ventre de l'appareil ; le processeur est le fameux E-Mu 10K1. Pour le prix, le Jukebox offre un large écran LCD capable d'afficher les noms des morceaux et d'autres infos textuelles. Il est piloté à partir du logiciel Play Center 2.0 sur PC. C'est là que se fait l'encodage MP3 de CD-Audio, de 32 à 320 kbps ou en débit variable, avec accès à CD DataBase (CDDB) pour attraper les noms des artistes, albums et morceaux. Et c'est par ce logiciel qu'on abreuve le disque dur du Jukebox. Un article complet à ce sujet, en français, avec photos de l'appareil et copies d'écrans de Play center :

+ d'infoshttp://www.hardware.fr/html/articles/lire.php3?article=257

------------------

- Iomega HipZip

Iomega sort aussi son player portable MP3, baptisé HipZip. Le nom est joli, mais lisez bien les caractéristiques et l'étiquette où est noté le prix. Ce produit est original uniquement parce qu'il utilise en guise de stockage le mini disque de 40Mo anciennement appelé Click ; à comparer aux 650Mo d'un CD... De plus, et Iomega ne devraient pas s'en vanter, le HipZip est livré avec Windows Media Player 7. 2000 francs environ, plus le prix des disques de 40Mo.

+ d'infoshttp://www.iomega.com/hipzip/index.html

------------------

- Wistler

La bêta 1 du successeur de Windows 2000, Wistler ou Windows.NET 1.0, est reportée de deux semaines. La version finale n'arriverait pas avant octobre 2001. L'architecture unifiée 32bits, regroupant les Windows 9x, ME, NT et 2k sera déclinée en des versions Personnelle, Professionnelle, Serveur et Advanced Server, accompagnées des versions correspondantes 64 bits Intel Itanium, sauf pour la Personnelle.
En attendant, Microsoft a livré une version intérimaire du prochain Windows 2000, mais, pour éviter les copies illégales, les bêta-testeurs doivent télécharger et installer le produit en restant connectés, et s'inscrire obligatoirement à Microsoft Passport. Si ce n'est pas la preuve que Passport est un moyen de surveillance plutôt qu'un système de confort assurant le respect de la vie privée ! (cf. n░ précédent au sujet de Ms Passport).

------------------

- Les débuts de WinME

250000 exemplaires de Windows ME vendus les 4 premiers jours de la mise sur le marché. Avec un tel accueil, Microsoft espère dépasser le million avant le jour de l'an pour la vente au détail seulement.
Souhaitons à quelques uns d'être épargnés s'ils sont prudents : mieux vaut attendre, toujours, les premiers correctifs. Cette précaution ne devrait pas s'adresser qu'aux entreprises sous NT. Les médias commencent doucement à se faire l'écho de problèmes de compatibilité logicielle et matérielle à propos de Windows ME, qu'il qualifient de "petits couacs". Il suffit de jeter un coup d'oeil dans les groupes de news fr.comp.os.ms-windows.win95 ou microsoft.public.fr.windowsme pour y lire les déboires des "aventuriers" de WinME.

------------------

- Red Hat 7

Red Hat Software a lancé la version 7 de sa distribution de Linux. Au programme une meilleure sécurité, des fonctionnalités rendant le système plus "facile" à utiliser (on met les guillemets en attendant d'autres appréciations), une optimisation pour les puces haut de gamme Intel, un meilleur support de la 3D, et une série de nouveaux logiciels pour accompagner le système d'exploitation.
Un point important, la nouvelle fonction de mise à jour automatique via le Net (parce que suivre l'actualité des patches n'est pas une sinécure, Windows est un plaisir en comparaison).

+ d'infoshttp://www.redhat.com

------------------

- FreePDF (erratum)

Cet été, je donnais un lien pointant sur le site de FreePDF. Soit ce lien a changé, soit je m'étais trompé lors de la saisie en rajoutant un "www", toujours est-il que l'adresse correcte est, pour la documentation de FreePDF :

+ d'infoshttp://over.to/freepdf/

------------------

- Rapid-Q v1.0.0

Les bibliothèques de freewares recèlent parfois des perles, en voici une, rare : ne soyez pas effrayés si vous n'avez jamais approché le développement, et ne mésestimez pas a priori ce Basic si au contraire vous êtes un initié.
Rapid-Q est un outil de développement sous Windows. Simple et tout de même puissant, complet. C'est exactement l'outil que j'ai longtemps cherché pour écrire au besoin des mécanismes simples. On retrouve avec Rapid-Q la syntaxe et les vieilles habitudes des touches-à-tout qui ont connu les premiers Basic sur PC, ou le langage macro de Word avant que la Suite Office n'adopte Visual Basic for Application (VBA). Les touches-à-tout un peu plus jeune ne seront pas perturbés par les notions d'objets avec leurs propriétés et événements (environnement multitâche oblige), ni par le Form Designer pour dessiner les interfaces. A l'inverse des langages C ou Basic d'aujourd'hui, le code source de Rapid-Q est linéaire, en un seul morceau. En cela il ressemble aussi plus à QBasic qu'à Visual Basic, d'où son nom. Mais on retrouve évidemment les sous-routines et fonctions ; l'exécution ne se déroule bien sûr pas de A à Z.

Pour exemple, j'ai tenté d'écrire un tout petit truc destiné à supprimer les accents d'un texte collé dans le Presse-papier, parce que j'ai retrouvé récemment des amis japonais dont les outils e-mail ne supportent pas ces caractères. En 10mn, le tour était joué. C'est amusant de constater à cette occasion comme on retrouve aisément les vieux réflexes qu'on croyait avoir définitivement oublié. Le plus long a été de trouver les instructions de gestion du Clipboard dans la doc en HTML.
Au passage, j'ai été impressionné par la puissance de nos machines actuelles comparées aux 286 d'antan ! La conversion du numéro précédent du Marcbook est quasiment instantanée, plus rapide que le temps nécessaire pour basculer dans le texte original et d'y coller le résultat...

Entrons un peu dans les détails : Rapid-Q peut générer des applications de type Console (sans interface) ou GUI (Graphical User Interface). La compilation créée un "byte code", c'est à dire un code semi-compilé (en réalité, un interpréteur est collé à l'exe, et celui-ci pèsera toujours au moins 300Ko). Aucun fichier supplémentaire n'est nécessaire à l'exécution des programmes compilés ; ici, pas de run-time dans le dossier système de Windows ! Les Vbrun*.dll ne sont qu'un mauvais souvenir.
Au lancement de la compilation, une liste d'état indique les erreurs rencontrées. N'espérez pas une assistance pendant l'écriture du code, même si Rapid-Q joue avec les couleurs pour distinguer les éléments de syntaxe. En fait, le fichier source (.bas) étant du texte simple, vous pourrez aussi bien utiliser n'importe quel éditeur plus performant. Le compilateur, séparé, peut être lancé en ligne de commande avec des paramètres.
Le Form Designer permet de sélectionner les objets dans des barres d'outils et de les dessiner dans les fenêtres. Leurs propriétés sont affichées en colonne, à gauche ; tout cela est classique, similaire aux outils de développement sous Windows. Rapid-Q créé ensuite les déclarations des forms qu'il faudra copier dans le source de l'application.
Question langage, on retrouve la plupart des instructions et syntaxes du QBasic, plus les commandes propres au développement GUI, ainsi qu'un traitement des notions de fichiers différent des vieux "Open" qu'on connaissait.

Rapid-Q est capable d'utiliser la couche IP (il est donc ouvert sur le Net), il supporte DirectX, MySQL et peut utiliser les API de Windows. Il existe aussi des versions, compatibles à quelques détails près, pour Linux sur i386, Solaris et HP-UX. Si l'on veut absolument trouver des défauts à Rapid-Q, on citera quelques points noirs donnés par l'auteur lui-même : pas de thread, pas de drag 'n drop, pas d'interface MDI, pas de gestion des erreurs (On error...), pas d'outils de déboguage hormis l'état de compilation.

La documentation de Rapid-Q est très bien structurée et rédigée, très pédagogique aussi, mais en anglais. La présentation en HTML n'est pas très pratique pour les recherches. Il existe une doc francisée complète et sous la forme d'un Help Windows, mais, ancien, il sera plutôt utile pour mettre le pied à l'étrier. Notez qu'il existe aussi une mailing-list Rapid-Q chez eGroups.
Pas d'installation. Le fichier zippé contient deux exe (l'environnement de développement et le compilateur), et cinq autre fichiers (des librairies, le fichier Include et le Readme.txt). Décompressez le tout où bon vous semble et lancez Rapidq.exe. La version indiquée est la 1.0.0, mais c'est toujours une bêta selon l'auteur. En effet, quelques défauts d'interface subsistent, mais la stabilité est remarquable ; on est habitué à des versions de test plus fragiles chez les "grands". Tourne sous Windows 9x/NT/2000, mais avec quelques restrictions pour NT. Dernière mise à jour le 29.08.2000. Rapid-Q est gratuit.

Plutôt que de gloser plus longtemps, je vous invite chaudement à visiter le site de l'auteur. Pour vous convaincre, commencez par les copies d'écrans de Rapid-Q et des exemples développés à l'aide de ce Basic, puis lisez le résumé, la FAQ, et voyez les sources des exemples proposés...

+ d'infoshttp://www.basicguru.com/abc/rapidq/sshots.html - les copies d'écrans
+ d'infoshttp://www.basicguru.com/abc/rapidq/index.html - l'accueil de Rapid-Q
+ d'infoshttp://www.basicguru.com/abc/rapidq/about.html - le résumé
+ d'infoshttp://www.basicguru.com/abc/rapidq/faqs.html - la FAQ
tÚlÚchargementhttp://www.basicguru.com/abc/rapidq/rqbeta.zip - 1,2Mo, Rapid-Q
tÚlÚchargementhttp://www.basicguru.com/abc/rapidq/rqdocs.zip - 318Ko, la doc html
tÚlÚchargementhttp://www.basicguru.com/abc/rapidq/rqfrdocs.zip - 179Ko, la doc en français.

------------------

- FreePaK v1.32

FreePak est un utilitaire proposé par Xperts Inc., gratuit mais supporté par la pub intégrée à l'interface. Il propose de créer des archives compressées auto-exécutables. La question est de savoir si la pub se satisfait du créateur de l'archive ou si elle se répand aussi chez les utilisateurs qui décompressent les fichiers ?

L'installation se déroule proprement sous InstallShield Wizard. Mais, premier défaut, un large panneau demande vos sexe, salaire, métiers, etc. de façon à mieux cibler sa pub dynamique (mise à jour lors de vos connexions). J'ai ignoré ce formulaire, FreePak n'a pas grogné. Après redémarrage de Windows, une icône apparaît sur le bureau. Rien dans les menus Démarrer \ Programmes.

L'interface se présente comme une boîte de dialogue de sélection de fichiers largement étendue. Elle est rapidement compréhensible. Au lancement, le logiciel fait tourner le sablier, je suppose qu'il tente, en vain, de récupérer des données pour sa bannière ; déconnecté du réseau le logiciel fonctionne parfaitement, avec une jolie pub vide et toute grise. Mais FreePak est subtil : il semble capable d'aller récupérer ses pubs lors d'une connexion même s'il n'est pas lancé pendant la session. Le fichier compressé exécutable créé, je clique dessus... Ouf, aucune pub, et là aussi une interface sobre et claire, forcément plus simple que pour la création de l'archive.
Une option permet de protéger l'archive à créer par un mot de passe. La compression comme le décompactage permettent de respecter ou non la géographie des répertoires. Le format de compression n'est pas documenté et les zippeurs habituels ne le digèrent pas. Le taux de compression est similaire au Zip (40Ko de plus pour une archive de plus de 3Mo). Le logiciel ne propose pas d'aide via la touche "F1" ; l'icône "?", oubliée dans la barre de titre, ne livre aucune info ponctuelle. Pourtant un document d'aide (.chm) bien fait accompagne le programme dans son dossier.

Le Readme raconte combien l'éditeur est soucieux du respect de la vie privée, etc.
Version 1.32 datée du 22.08.2000, gratuite, pour Windows 9x/NT/2000.

+ d'infoshttp://www.remotetek.com/xperts/
tÚlÚchargementftp://ftp.remotetek.com/freepak/fpk132.zip - 2,1Mo.

------------------

- ScriptWorx v4.12.0

Un énième éditeur de page HTML en mode source proposé par SoftLite. Le slogan de ScriptWorks est "Animate, Innovate, Captivate" ; c'est un peu raté. Mais son principal mérite est d'être entièrement gratuit, support technique compris. Pour le reste, on n'a pas épluché ses fonctions de fond en comble, parce que le logiciel plante trop souvent, parce qu'il oublie des fichiers temporaires dans le répertoire racine du PC et c'est vraiment pas propre.

ScriptWorks essaye de fournir des fonctions poussées mais n'y parvient pas parce que ces fonctions sont incomplètes. Le "Code Cleaner" ne sait pas traiter les caractères accentués. L'insertion de scripts est limitée à 5 ou 6 scripts du genre ajout de la date de modification de la page, ou bien seulement à l'ajout des tags initiaux, mais vide, qu'il faut remplir à la main. A ce titre, il peut se targuer de supporter quantité de standards tels que les HTML, DHTML, XML, CSS, ASP, CGI, PHP, Perl, SQL, Java, JavaScript, VBScript, Pascal, VisualBasic, Python, FoxPro, Fortran, Sybase SQL, ColdFusion, SSI, WebTV, Flash et Shockwave, etc.

L'interface est chargée, confuse. On dirait que le modèle à été une vieille version de HomeSite (mais à l'époque le HTML était plus simple). HomeSite lui-même reprenait déjà l'interface de Delphi, parce que développé avec Delphi, justement. D'ailleurs SoftLite ne promet une version Linux de Scriptworks que dans la mesure où Borland tiendra sa propre promesse de porter Delphi de l'autre côté (projet Kylix).

ScriptWorks est accompagné d'un mini serveur Web. Cela permet de gérer correctement les liens absolus, et les liens relatifs commençant par un "/", les pages coportant des "server-side", c'est à dire des composantes dynamiques gérées par le serveur.
La version datée de fin juin est la v4.12.0. Pour Windows 9x/ME/NT/2000 et Internet Explorer 3.02+ (pour la prévisualisation).

+ d'infoshttp://www.softlite.net/products/scriptworx/
tÚlÚchargementftp://ftp.simtel.net/pub/simtelnet/win95/html/slswo412.zip - 2,6Mo.

------------------

- Iron Key v1.2

Un programme de cryptage de fichiers, proposé gratuitement, sans pub ni affichage ennuyeux. Iron Key lancé pour assurer la promotion son grand frère Silver Key. Ce dernier, plus puissant, ajoute entre autres la protection par clef au lieu d'un mot de passe, plusieurs type de cryptage, la compression Zip et BZip des données, le traitement de fichiers multiples et dossiers, etc.

Pas d'interface, Iron Key est intégré à l'explorateur de Windows, au menu contextuel, ou se lance via glisser-déposer des fichiers sur son icône. L'algorithme d'encodage est DES. Le fichier crypté est un exécutable qui porte les mêmes nom et suffixe que le fichier original, ajoutés d'un .exe, et il est placé à côté de ce dernier. Un exécutable grossit le poids du fichier, mais son avantage est que votre correspondant peut se passer d'installer un logiciel de décryptage. Le lancement de l'exe demande de pointer sur le dossier où sera placé le fichier décrypté, le mot de passe. Encryptage et décryptage peuvent être lancés en ligne de commande avec tous les paramètres idoines.

Ce petit outil développé par INV Softworks est juste pratique, tout simple, bien fichu. Son grand frère, Silver Key, propose beaucoup plus de choix et comporte pas mal d'idées intéressantes qui sont expliquées en détail dans le help qui est livré avec Iron Key.
Pour Windows 9x/NT/2k. Version 1.2 datée du 08.09.2000.

+ d'infoshttp://inv.co.nz/products/ikey/
tÚlÚchargementhttp://inv.co.nz/download/ikey.exe - 843Ko

------------------

- Office & Office

Stéphane Le Solliec, l'homme qui a mis les mains dans le cambouis (cf. Marcbook n░169), a été le premier à m'envoyer la nouvelle de l'arrivée de 602Pro PC, une suite Bureautique gratuite comprenant Traitement de texte, tableur et dessin bitmap, compatible avec les documents Office de Microsoft. 602Pro PC a fait grand bruit cette semaine, mais nous en parlerons plus précisément dans le prochain numéro, avec en même temps Star Office 5.2 de Sun dont le CD est arrivé ce matin dans ma boîte aux lettres.

------------------

- En bref :

• Suite à l'article de la semaine passée, Thierry Martin confirme n'avoir pas trouvé d'option de désinstallation, sous Windows ME, pour Movie Maker et Windows Media Player 7. Du coup, Thierry est allé modifier "quelques paramètres" du nouveau système de Microsoft pour rendre Movie Maker optionnel, puis il a publié ses astuces sur son site :
+ d'infoshttp://tm28.free.fr/astuces.html#MovieMk-WinME
+ d'infoshttp://www.martin-thierry.nom.fr/

• Microsoft se vante du succès de son favoris Windows Media Player 7, l'application qui lui permettra de placer ses pions sur le marché de la musique en ligne : 10 millions de téléchargement en 6 semaines, un record. Il faudrait entendre d'autres chiffres, par exemple l'utilisation réelle du logiciel. Le téléchargement est une chose, ensuite on mène des tests, puis on garde ou on jette...

• P4. Celui-là devient une arlésienne, ce n'est plus fin octobre mais fin novembre voire plus tard qu'il sera livré, rectifie Intel, pendant que son cours baisse à la bourse. Enfin, tant que le Pentium 4 n'est pas réformé...

• Par contre, le processeur au nom de code Timna, qui était destiné à remplacer le Celeron à la fin de cette année, est tout simplement abandonné. Timna devait intégrer contrôleurs graphique et mémoire, mais Intel avoue qu'il lui causait des soucis techniques avec les mémoires SDRAM ou RDRAM. Donc, zou ! Les assembleurs se débrouilleront avec un Celeron actuel et d'autres composants maison qui feront l'affaire à des prix similaires.

• Le Walawa est une télé combinant les chaînes habituelles et l'accès au réseau, Web et e-mail. L'usage est simplifié par rapport à un micro-ordinateur, mais la qualité d'image reste médiocre, bref, pas tout à fait le paradis.

• Le jeune couple Internet Explorer + Outlook Express est victime d'un petit bug qui permet l'accès en lecture aux fichiers des disques locaux ou réseau local. C'est Active Scripting qui est mis en cause. Rien de grave, on a l'habitude... Le 1er octobre, Microsoft n'avait pas encore répondu à la nouvelle ni offert de correctif. Description et démonstration :
+ d'infoshttp://www.guninski.com/getobject1-desc.html

• Le consortium Symbian (Psion, Nokia, Ericsson, Motorola...) lance la version 6.0 de son système d'exploitation pour mobiles Epoc, avec l'implémentation du WAP 1.1, de Bluetooth, Java, HTML et le GPRS à venir. Il semble que Epoc sera décliné en différentes versions selon les appareils auxquels il se destine : Pearl pour les téléphones, Quartz pour les PDA sans clavier, et Crystal pour les Pockets (avec clavier).
+ d'infoshttp://www.symbian.com/

• Selon une étude menée dans l'Ohio sur deux groupes de personnes il ressort que la lecture sur papier est jugée plus "intéressante" qu'à l'écran. Le groupe papier a mieux noté ce qu'il lisait que le groupe écran, alors que les deux groupes lisaient exactement les mêmes articles. Donnez-moi votre numéro de fax, que je vous envoie le Marcbook.

------------------

La photo de la semaine : + d'infoshttp://www.malexism.org/photos/feuille.html

"Une plainte mêlée de sanglots règne seule sur la mer au large." Eschyle.

===================

© Reproduction totale et extraits autorisés avec mention de l'url : http://www.malexism.org/marcbook/.
Réalisation, information, tests et rédaction : Marc-Alexis Morelle.